Déchets de l'Assainissement

500 millions d’euros : c’est la somme investie dans les systèmes d’assainissement en Lozère depuis 30 ans. Pour réduire la facture, l’heure est venue d’adopter les bonnes pratiques.Quotidiennement, nous utilisons de l’eau pour notre hygiène et pour l’entretien de notre habitat : ces eaux salies deviennent des eaux usées.

Téléchargez le dépliant

Télécharger l'affiche 2017

> Professionnels, si vous souhaitez recevoir ces supports de communication en grande quantité, merci de vous adresse au service du SATESE du Département -voir contact ci-contre)

Chargées en matières polluantes, elles ne peuvent pas être éliminées par la nature et doivent, avant de regagner la rivière, être acheminées vers une station de traitement des eaux usées où elles subissent une épuration : c’est ce qu’on appelle l’assainissement des eaux usées.




Les  lingettes,  comme  les  autres  objets  (sacs  plastiques,  serviettes  hygiéniques,  cotons  tiges, morceaux de tissus, etc.)  et les produits dangereux posent de multiples problèmes : obstruction des réseaux ; mise en panne des pompes, mauvaises odeurs,... Ces déchets dégradent le milieu aquatique ! Autant d’éléments qui ont convaincus le Département de la Lozère et ses partenaires, que sont l’Ademe, le SDEE et les services d’assainissement, d’engager une campagne de sensibilisation auprès du grand public afin de minimiser les dégâts.

En effet, lorsque les stations sont bloquées, les eaux usées non traitées sont déversées directement dans la rivière. Les conséquences sont aussi importantes pour l’assainissement collectif (maison raccordée à un service d’assainissement) que pour l’assainissement non collectif (maison en assainissement individuel).

« Les collectivités et les particuliers ont mis en place 300 stations de traitement des eaux usées dans le département et des milliers de dispositifs non collectifs. Elles ont la capacité de traiter de manière permanente et optimale les eaux usées de plus de 200 000 habitants. Or, ces mauvais gestes réduisent nos efforts à néant, témoigne Bernard Palpacuer, président de la commission eaux, AEP, environnement. Il est donc impératif de respecter des gestes simples afin d’éviter le déversement de ces déchets dans les réseaux qui engendrent des dépenses exorbitantes se répercutant sur les factures de chacun mais également pour préserver vos propres installations domestiques qui peuvent aussi être endommagées. N’oublions pas que cette épuration nous permet de profiter de nos milieux aquatiques d’exception ».

JE POSITIVE, j’évite les déchets

A la place de ces lingettes jetables, il existe aussi  des éponges, des serpillères, des lingettes réutilisables et lavables. Moins onéreuses,  elle sont aussi  efficaces  et génèrent  de fait moins  de déchets.

En modifiant mes habitudes de consommation, j’agis, je réduis mes déchets !