La politique transport en Lozère

Une grande partie de la population n'a pas un accès direct à l'automobile : les jeunes qui ne sont pas encore en âge d'obtenir leur permis de conduire, les personnes âgées, handicapées ou malades qui ont perdu une partie de leur mobilité et les personnes à faibles ressources qui n'ont pas les moyens d'avoir une voiture.Tous doivent pouvoir se déplacer partout en Lozère : cette exigence de solidarité sociale et territoriale est l'un des défis de la politique des transports du Conseil départemental. Ce défi, le Conseil départemental l'aborde dans le cadre de ses deux compétences : organisateur du réseau départemental d'autocars et organisateur du transport scolaire.

 

Le Transport à la demande  (TAD)

Particulièrement adapté au milieu rural, il a été mis en place sur plusieurs territoires :

  •  Communauté de communes Aubrac – Lot – Causse,
  •  Communauté de communes du Valdonnez,
  •  Communauté de communes du pays de Florac et du Haut Tarn,
  •  Communauté de communes de Villefort,
  •  Communauté de communes du Gévaudan,
  •  Communauté de communes des Gorges du Tarn et des Grands Causses,
  •  Communauté de communes Margeride Est,
  •  Communauté de communes de la Vallée longue et du Calbertois en Cévennes,
  •  Communauté de communes Châteauneuf de Randon,
  •  Communauté de communes Terre de Randon,
  •  Communauté de communes d'Apcher Margeride Aubrac,
  •  Communauté de communes du Causse du Massegros,
  •  Communauté des communes cévenoles Tarnon Mimente
  • SIVOM des Sources du Tarn et du Mont Lozère.
     

Mobilisé pour le rail

Le Conseil départemental continue de se mobiliser pour le maintien des lignes ferroviaires qui desservent la Lozère, notamment à travers l’Association des élus pour la défense du Cévenol et de la ligne Paris-Nîmes, et des actions qu’elle organise.

À télécharger

Couleurs Lozère magazine : "Covoiturez avec voisine" (117ko)