Le Logement

Dans un département rural comme la Lozère, l'enjeu numéro un est celui de la démographie. En matière d'habitat, la politique du Conseil général s'oriente autour de plusieurs axes :

  • la construction et réhabilitation de logements à travers des subventions accordées aux communes,  groupements de communes, sociétés d'HLM et sociétés d’économie mixte,
  • l'amélioration de l'habitat. Depuis 15 ans, le parc bénéficie de subventions départementales dans le cadre des OPAH. Elles contribuent à la revalorisation du patrimoine bâti,
  • l'habitat des jeunes agriculteurs (création ou rénovation d'un logement dans un bâtiment ancien, construction d'un logement ou acquisition d'un logement en dehors du patrimoine familial),
  • l'accès au logement ou le maintien dans le logement pour les personnes en difficulté,
  • le programme départemental « Habiter Mieux » au travers d'un Programme d'intérêt général  afin de favoriser la réhabilitation du parc privé
  • l'accès au logement ou le maintien dans le logement pour les personnes en difficulté, par le biais du Fonds de Solidarité pour le Logement

 

Accès et maintien dans le logement


Le Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL)

La Prévention des expulsions


 

S'informer sur le logement

Que vous soyez propriétaires, locataires ou nouvel arrivant, l'Agence Départementale d'Information sur le Logement (ADIL 48) peut vous informer sur vos droits en matière de logement : conseils sur la législation, les obligations des uns et des autres, les financements pour l'amélioration de l'habitat ou l'accession à la propriété.

L'ADIL 48 est née d'une volonté  du Conseil général, des élus locaux, soutenus par le Ministère du Logement.

Le saviez-vous ?

Selon les dernières Assises de l'Habitat, le bassin de Mende compte 21% de la population du département. Les autres pôles secondaires que sont Marvejols, Langogne, Florac et Saint-Chély regroupent 31% des lozériens, le reste de la population étant disséminé sur de l'espace rural.

La croissance démographique est essentiellement marquée sur le sud et le centre du département. Il faut savoir également que, dans les Cévennes, il y a deux fois plus de résidences secondaires que de principales

 

Questions-réponses