Nos collèges engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Mardi 23 juin 2015
  • Pourquoi réduire le gaspillage alimentaire ?
  • La démarche sur 3 collèges lozériens
  • Les résultats des pesées des déchets issus du gaspillage alimentaire
  • Les actions menées dans les établissements pour réduire et les bénéfices
  • Comment pérenniser ?

 

L'année scolaire 2014-2015 fut une année riche dans les collèges de St Chély, Langogne et du Collet de Dèze.

Un projet ambitieux a démarré en fin d'année 2014 afin de lutter contre le gaspillage alimentaire à la cantine, ambitieux car transversal. Tous les acteurs du collège sont concernés : le principal, le gestionnaire, l'équipe de cuisine (personnel du Département), la vie scolaire, les enseignants, les collégiens et leurs parents. Donc un challenge important de regrouper tous ces acteurs autour d'un projet commun, avec des impacts dépassant les limites du département.

 

Voir la vidéo

Du champ à l’assiette : 30 % de gaspillage alimentaire dans le monde

Le gaspillage alimentaire est un fléau des temps modernes. Un tiers de l'alimentation est gaspillée dans le monde, à tous les niveaux de la chaîne : depuis la production (le champ), en passant par le transport et la distribution (le commerce) jusqu’à la consommation (l’assiette).

 

Les émissions de gaz à effet de serre dans le monde seraient dues, pour 30 %, à l'alimentation.

privant certaines populations à faible pouvoir d'achat, sans compter les tensions géo-politiques liées aux besoins d’eau pour produire les denrées alimentaires. En réduisant de moitié le gaspillage alimentaire, la faim dans le monde serait quasiment solutionnée…

L'impact est donc tout autant planétaire que local, comme ici en Lozère.

Les déchets résultant du gaspillage alimentaire abondent dans nos poubelles : chaque lozérien jette 6 kg de produits alimentaires non consommés (non déballés), sans compter les restes de repas. Ces déchets sont collectés, transportés sur le centre départemental de traitement des déchets.

Outre les dépenses des consommateurs pour acquérir des produits qui ne sont pas consommés, cette situation génère un coût direct lié aux opérations de collecte et traitement des déchets et des émissions de gaz à effet de serre.

Les enjeux sont donc triples : éthiques, environnementaux et financiers

La démarche d’expérimentation engagée dans 3 collèges publics de Lozère : Langogne, St Chély et le Collet de Dèze

 

Le Département, engagé dans un plan territorial de prévention des déchets financé par l'ADEME, a développé cette action sur le volet exemplarité. Il a confié la mission d'animation à un prestataire spécialisé. Réduire les déchets c'est aussi lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

La clé de réussite d'un tel projet repose sur :

 

  1. la création d'une équipe-projet et d'un référent par collège. Une équipe a donc été constituée dans chacun des collèges, associant l’ensemble des acteurs. Cette équipe s'est réunie 7 fois dans l'année scolaire pour partager autour des résultats des pesées, définir les actions à mettre en place et en assurer la mise en œuvre et le suivi.

 

  1. Un diagnostic des déchets a d'abord été réalisé dans chaque établissement, pour toutes les catégories de déchets produits.. Une attention particulière a ensuite été portée sur les déchets liés à la production des repas : déchets issus de la préparation (organiques ou non), puis les collégiens et adultes déjeunant au collège ont trié leur plateau en 6 catégories (cf. ci-dessous), et enfin les restes non servis ne pouvant pas être conservés pour des raisons sanitaires. Les résultats ont ensuite été analysés, tout comme les pratiques déjà existantes des personnels de cuisines pour réduire le gaspillage alimentaire.

  2. Une phase d'identification et de choix des actions a été déployée, en lien avec les causes détectées du gaspillage, différentes pour chaque établissement.

  3. Le suivi de la mise en œuvre des actions s’est fait autour de 6 réunions de l'équipe-projet. Les animatrices des programmes de prévention des déchets ont alors été très sollicitées pour dynamiser les actions de sensibilisation des élèves, ainsi que certains enseignants et personnels responsables de la vie scolaire.

Les résultats des pesées sur les 3 collèges

 

  • Les 3 collèges se situent dans la moyenne des résultats nationaux : environ 100  grammes par convive par repas dans les établissements scolaires.

  • C'est donc 15 à 20 % des denrées préparées qui sont jetées, soit près de 13 tonnes pour les 3 établissements et une estimation de 36 tonnes par an pour l'ensemble des collèges publics.

  • Quelle différence entre le self et le service à table ? Le gaspillage alimentaire est équivalent dans les 2 cas : il se situe principalement dans les assiettes pour le self ou dans les plats pour le service à table.

  • C'est le plat principal qui génère le plus de déchets en poids.

  • De grandes variations existent d’un jour à l’autre en fonction des menus, du nombre d’élèves…

 

100 grammes de gaspillage en moyenne par collégien et par repas.

Soit 15kg par élève et par an.

Soit environ 36 tonnes par an pour l'ensemble des collèges.

 

Remerciements aux élèves de BTS Design Graphique du collège St Pierre St Paul de Langogne, dans le cadre du Programme de prévention des déchets Est-Lozère/Haut Allier

 

Les actions menées par les collèges « pilotes » pour réduire le gaspillage et les bénéfices

 

  • La sensibilisation des élèves à l'impact social, environnemental, et économique du gaspillage alimentaire, sur les 3 collèges concernés.

  • L'implication des élèves dans l'élaboration des menus

  • L’ajustement des quantités préparées à chaque repas, gramme après gramme, afin de trouver les justes quantités pour bien nourrir sans jeter, et toujours avec la possibilité du « RAB ».

  • Le réinvestissement immédiat dans l'assiette afin de proposer des produits de meilleure qualité et locaux

  • Le service : adapter les quantités servies aux besoins et envies des élèves (du sur-mesure), avec par exemple des ramequins « petite faim » et « grande faim » pour les entrées à St Chély

  • la convivialité permet de restaurer le contact entre le personnel de cuisine et les convives

 

Une semaine de pesée aura lieu en octobre dans chaque établissement afin de mesurer l'impact de ces actions.

 

 

Comment pérenniser l’opération à l’échelle du département ?

 

Les acteurs de l'opération s'accordent à dire l'importance de nommer un référent ou un binôme dans chaque établissement afin de poursuivre les actions engagées et organiser a minima une à 2 pesées des déchets par an, dans un double objectif de sensibilisation et de mesure.

La sensibilisation des équipes et des élèves est à maintenir sur le long terme, avec des animations chaque année (a minima lors d’une pesée).

Dans l'idéal, la lutte contre le gaspillage alimentaire devrait figurer dans le projet d'établissement (durée 3 ans), et dans les programmes, afin de mobiliser l'ensemble des acteurs tout en maîtrisant les instances de gouvernance.

Enfin, MOBILISER D’AUTRES ÉTABLISSEMENTS ET LES FÉDÉRER EN RÉSEAU permettra de diffuser les bonnes pratiques et de participer aux efforts de réduction des déchets.

 

Découvrez notre vidéo sur la pesée des bio-déchets dans les collèges